Barclays, le casse-tête du remplacement de Bob Diamond

le 19/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Marcus Agius, président de Barclays, a repris du service 24 heures après avoir annoncé sa démission, pour trouver un successeur au directeur général Bob Diamond (photo). Pour le président, cette nouvelle tâche est un véritable casse-tête. Certes, Marcus Agius en a vu d’autres au sein de ses presque six années à la présidence de la banque britannique : d’une levée de fonds en urgence à hauteur de 7,3 milliards de livres auprès des Etats souverains du Qatar et d’Abou Dhabi à la grogne des actionnaires sur les bonus, le professionnel est aujourd’hui aguerri à tous les genres. Or trouver un remplaçant à Bob Diamond relève de l’exercice d’équilibriste : évoquée un temps, la perspective de recruter un candidat en interne - le nom d’Antony Jenkins, patron de la banque de détail, avait circulé - semble désormais improbable. Le futur directeur général devra parvenir à réconcilier la banque avec les autorités réglementaires, les politiques mais aussi l’opinion publique en général, tout en menant à bien l’exercice de sa fonction. A l’inverse d’un Bob Diamond très expansionniste dans la banque d’investissement, les observateurs préféraient un responsable plus modéré et au fait du fonctionnement de la banque de détail. Ce qui n’est pas nécessairement le cas de Bill Winters, pourtant considéré à l’heure actuelle comme l’un des successeurs les plus crédibles. L’ancien numéro deux de JPMorgan et membre clé de la commission Vickers est un banquier d’affaires américain… comme Bob Diamond. A l’heure actuelle, le candidat parfait semble donc difficile à trouver.

A lire aussi