Les banquiers privés réduisent drastiquement leur dispositif

le 03/10/2013 L'AGEFI Hebdo

Repositionnement. La banque privée ne fait plus recette. Plusieurs ténors du secteur ont en effet décidé de réduire drastiquement la voilure dans ce métier. Barclays a ainsi annoncé son intention de cesser ses services de gestion de fortune dans 130 pays environ d’ici à 2016, afin de porter à 70 le nombre de pays dans lesquels la banque officiera. En parallèle, le groupe bancaire entend supprimer des postes dans cette activité afin de réduire ses coûts et d’améliorer ses bénéfices. Barclays est loin d’être un cas isolé. Credit Suisse envisage aussi de se retirer partiellement ou totalement d’environ 50 marchés d’ici à la fin de l’année. Même Société Générale pourrait revoir son dispositif, plusieurs sources de marché évoquant une mise en vente de son activité à Singapour dans la continuité d’une démarche initiée à Bahreïn, aux Etats-Unis, au Canada et au Japon. De fait, l’activité de banque privée est confrontée à une pression réglementaire croissante qui conduit à un renchérissement des coûts et à une érosion des marges.

A lire aussi