Les banques irlandaises face à l’inconnue des élections

le 17/02/2011 L'AGEFI Hebdo

Chantage. Les conditions du plan destiné à sauver le système bancaire irlandais ne sont pas gravées dans le marbre. Les deux partis d’opposition favoris pour former le futur gouvernement, à l’issue des élections du 25 février, envisagent de restructurer la dette senior non garantie des banques aidées. Cette menace pour les créanciers privés serait mise à exécution si l’Irlande n’obtenait pas de meilleures conditions à son plan d’aide européen, notamment un taux d’intérêt moins élevé. De peur que le pouvoir irlandais remette en question son soutien aux banques, Moody’s a dégradé les notes de ces dernières, les plaçant en catégorie high yield (spéculative). Le dépeçage des établissements nationalisés a d’ores et déjà commencé, avec la mise aux enchères des dépôts et actifs d’Irish Nationwide et Anglo Irish Bank. Cette dernière a annoncé une perte de 17,6 milliards d’euros en 2010, un record pour une entreprise irlandaise. Son président, Alan Dukes, estime que le secteur bancaire local a besoin de 50 milliards d’euros d’aide supplémentaire.

A lire aussi