Les banques grecques restent sur le fil

le 26/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Naufrage. 27,9 milliards d’euros, ce sont les pertes abyssales des quatre grandes banques grecques en 2011. Sur ce total, 23 milliards proviennent de dépréciations sur les portefeuilles de dette souveraine du pays (à hauteur de 70 %). Le principal établissement, National Bank of Greece, affiche à lui seul un résultat négatif de 12,3 milliards d’euros sur l’exercice. Comme les autres, il attend d’être recapitalisé pour faire passer son ratio de fonds propres durs de 6,3 % à 9 % d’ici à fin 2012. Le fonds hellénique de stabilité financière a déjà accepté de renflouer Piraeus Bank à hauteur de 5 milliards d’euros. Le pays a reçu le versement d’une première tranche de 25 milliards d’euros de la part du Fonds européen de stabilité financière, mais le plan de sauvetage bancaire attendra le nouveau gouvernement issu des législatives du 6 mai.

A lire aussi