Les banques françaises sont les moins concernées par une troisième LTRO

le 31/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Injections. La probabilité d’une troisième opération à long terme d’injection de liquidités (LTRO à 3 ans) de la Banque centrale européenne (BCE) augmente, selon l’agence de notation Fitch. Les besoins de certaines banques des pays dits « périphériques » s’accroissent en parallèle aux turbulences concernant les dettes souveraines et au reflux des dépôts au sein du secteur bancaire. L’échéance de l’opération est incertaine et ne semble pas imminente, note l’agence. Mais un choc comme la sortie de la Grèce de la zone euro pourrait justifier une troisième LTRO. Parmi les gros utilisateurs des deux premières, les banques françaises sont les moins susceptibles d’avoir recours à un troisième tour de financement de la BCE, précise l’agence, dans la mesure où elles ont su renforcer les dépôts de leur clientèle, en partie en aspirant les fonds monétaires.

A lire aussi