Les banques françaises perdent de leur superbe auprès de Moody’s

le 28/06/2012 L'AGEFI Hebdo

Dégradation. Le couperet est tombé. A l’issue de son examen initié en février auprès de quinze groupes internationaux, Moody’s a abaissé de deux crans les notes de BNP Paribas et de Crédit Agricole, et d’un cran seulement celle de Société Générale (voir le tableau). Le coup est rude pour des établissements qui, depuis de longs mois, n’ont pas ménagé leurs efforts pour réduire drastiquement leur bilan. « Les banques françaises ont des positions en termes de profil de financement et de liquidités structurellement moins favorables que les autres établissements, avance toutefois Nick Hill, senior vice-président chez Moody’s. Elles ont moins de dépôts que les autres banques, ce qui les pénalise. Leur besoin de financement auprès des marchés demeure plus important. » L’agence souligne aussi le poids des activités de marchés (18 % de leurs revenus) dans les bilans de Société Générale et BNP Paribas. Pour cette dernière, Moody’s a également pointé sa forte exposition à une économie italienne sous pression via sa filiale locale BNL. Quant à Crédit Agricole, dont la perspective est négative, l’agence s’inquiète de son exposition à l’économie grecque via sa filiale Emporiki « qui expose la banque à un risque plus grand en cas de sortie de la Grèce de la zone euro », conclut Nick Hill.

A lire aussi