Les banques européennes font le dos rond en taillant dans leurs effectifs

le 01/09/2011 L'AGEFI Hebdo

Dégraissage. Les futures normes de Bâle III et les craintes de récession ont eu raison de leurs ambitions. Après avoir recommencé à recruter massivement l’an dernier, notamment sur les marchés, les banques coupent dans les effectifs : après les 80.772 suppressions de postes dans le monde comptabilisées par Bloomberg du début de l’année au 25 août, ABN Amro en a annoncé le lendemain 2.350 et HSH Nordbank 900. Dans les banques européennes, ce sont plus de 40.000 emplois qui sont ainsi supprimés. HSBC a prévu à lui seul de se séparer de 30.000 collaborateurs d’ici à 2013, soit 10 % de ses effectifs, pour concentrer ses efforts en Asie. Lloyds Banking Group, Barclays et RBS se délestent aussi à la fois dans la banque de détail et les activités d’investissement et de marchés. Même phénomène chez UBS et Credit Suisse, mais tous ne donnent pas le détail des régions concernées. « Des milliers d’emplois sont supprimés dans les banques, surtout en ‘fixed income’. Les françaises devront aussi faire des choix », estime Georges Pauget, consultant et auteur de La banque de l’après-crise (lire pages 8 à 11).

A lire aussi