L’avis de... Pascale Bonnard, associée, Eurogroup Consulting

« Les banques devront se montrer créatives »

le 23/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi le paiement mobile sans contact est-il si long à devenir une réalité ?

Il aurait mieux valu lancer le sans-contact avec des applications non sensibles. L’un des freins a été de vouloir faire du paiement d’emblée, alors que c’est probablement l’une des fonctions sur mobile avec laquelle le client est le plus hésitant au début. En outre, pour des questions de sécurité notamment, les solutions de paiement mobile ont été conçues sous l’angle technologique et non pensées en regard de l’évolution des usages clients, toujours plus rapides et imprévisibles. Le succès vient lorsque les consommateurs peuvent choisir les services qui leur correspondent. De plus, opérateurs télécoms et banques sont unanimes : si le paiement mobile n’apporte pas une valeur supplémentaire par rapport aux autres moyens de paiement, ça ne marchera pas. Il faut aussi développer l’acceptation de ce mode de paiement auprès des commerçants : les accords passés avec les enseignes de grande distribution ne suffisent pas, il faut créer un zone géographique d’acceptation qui permet de faire entrer ce type de paiement dans les habitudes. Un moyen d’y parvenir est d’inclure les collectivités qui peuvent accélérer la diffusion d’un nouveau moyen de paiement pour régler les prestations municipales (stationnement, transports, cantine…), mais leur cycle de décision est souvent perçu comme trop long.

Quel rôle peuvent jouer les banques ?

Plutôt que de miser seulement sur le paiement sans contact, elles pourraient travailler sur la convergence des deux mondes, réel et virtuel, et proposer une palette d’applications de paiement sur téléphone mobile qui correspondent aux différents usages des consommateurs, du micropaiement aux achats plus significatifs. Cela ne cannibalisera pas le paiement par carte bancaire mais permettra, au contraire, de coller aux différentes attentes des clients : il faudrait répliquer sur mobile les différents moyens de paiement existants. Les banques devront se montrer créatives, en particulier sur les modèles économiques, et offrir des packages de solutions personnalisables, à l’image des bouquets numériques, par exemple. Pour cela, il est nécessaire de développer des approches marketing inspirées des usages et pas seulement fondées sur des technologies.

A lire aussi