Les banques dans la spirale espagnole

le 23/02/2012 L'AGEFI Hebdo

« A » perspective négative. Nulle banque ne peut être mieux notée que son pays d’origine. Standard & Poor’s (S&P) et Fitch Ratings ont donc dégradé quinze établissements espagnols, avec une perspective négative pour onze d’entre eux chez S&P. La note de Santander, première capitalisation boursière du secteur en zone euro, est elle aussi ramenée de « AA- » à « A », avec une perspective négative par Fitch. BBVA voit sa note rétrogradée de « A+ » à « A », Bankia de « A- » à « BBB+ » et Caixabank de « A » à « A- ». Depuis 2000, la croissance de la quatrième puissance de la zone euro a en grande partie reposé sur l’immobilier, alimentée par un crédit bon marché jusqu’en 2007. Aujourd’hui, les banques doivent reconnaître leurs pertes dans ce secteur. Leurs créances douteuses et irrécouvrables ont représenté 7,6 % de leur portefeuille en décembre, un record depuis octobre 1994. Un demi-million d’Espagnols étaient dans la rue dimanche 19 février contre le gouvernement en place.

A lire aussi