Les banques américaines sont toujours convalescentes

le 26/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Rémission. Les banques américaines n’ont pas encore retrouvé une santé florissante. En 2011, Goldman Sachs et Morgan Stanley ont accusé un recul de leur résultat net annuel de 47 % et 37 % respectivement. Morgan Stanley a même fait état d’une perte de 275 millions de dollars au dernier trimestre, plombé par une charge exceptionnelle de 1,7 milliard liée au litige avec le rehausseur de crédit MBIA. Seule Bank of America (BoA) fait figure de bonne élève, affichant un bénéfice de 1,44 milliard contre une perte de 2,23 milliards en 2010. Ce redressement reste précaire. BoA a en effet enregistré une baisse de 15 % de son produit net bancaire, à 94,4 milliards d’euros. Une situation que connaissent la plupart des banques américaines, à l’exception de Morgan Stanley. De fait, elles subissent de plein fouet le ralentissement de leurs activités de banque d’investissement (BFI), fragilisées par la crise des dettes européennes. Les revenus de Citigroup ont ainsi reculé de 45 % en BFI au quatrième trimestre, ceux de Morgan Stanley ressortant en repli de 42 %.

A lire aussi