Les banques allemandes et autrichiennes en mal de rentabilité

le 14/06/2012 L'AGEFI Hebdo

Examen. Leur tour est venu. Sept banques allemandes et trois autrichiennes ont été dégradées par Moody’s, dans le cadre de son tour d’Europe entamé mi-février. Deutsche Bank, numéro un outre-Rhin, y a échappé car elle sera traitée à part fin juin. Commerzbank, la deuxième banque du pays, a vu sa note à long terme abaissée d’un cran, avec une perspective négative (voir ci-contre). DekaBank, le groupe coopératif DZ Bank, les banques régionales LBBW, Helaba, NordLB et la filiale allemande d’UniCredit ont subi le même sort. L’action de Moody’s reflète « le risque accru de chocs supplémentaires émanant de la zone euro, en combinaison avec une capacité limitée d’absorption de pertes ». L’agence estime aussi que « la profitabilité avant coût du risque (provisions, NDLR) devrait rester basse », en raison d’une forte concurrence domestique. Même constat pour les banques autrichiennes qui pâtissent aussi de leur forte exposition aux économies d’Europe centrale et orientale. Raiffeisen et UniCredit Bank Austria ont été dégradées d’un cran et Erste Bank de deux crans.

A lire aussi