Banque Populaire s’allie aux experts-comptables pour toucher les TPE

le 25/08/2011 L'AGEFI Hebdo

Une convention cadre a été signée afin de donner à cette profession un nouveau rôle dans la préparation des demandes de crédit.

Le financement est un levier de croissance pour les entreprises. » Partant de ce constat, Agnès Bricard, présidente du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables (CSOEC), a pris le problème à bras-le-corps et convaincu Banque Populaire de collaborer avec ses confrères pour faciliter l’accès des très petites entreprises au crédit. Résultat : une convention cadre a été signée fin juin entre le réseau et la profession, convention à laquelle chaque conseil régional de l’Ordre des experts-comptables devrait désormais adhérer. Un outil de demande de financement en ligne sera prochainement mis en place afin d’accélérer l’accès des professionnels au crédit, le délai de réponse de la banque sera réduit à quinze jours à compter du dépôt du dossier complet, et les refus de financement seront motivés. « Si les experts-comptables remplissent les dossiers en ligne et les complètent avec les chiffres prévisionnels de l’entreprise dont ils garantissent la cohérence et la validité, cela devrait donner à la banque une assurance supplémentaire », estime Agnès Bricard. « L’intervention des experts-comptables va donner confiance aux banquiers et faciliter la prise de décision d’octroyer le crédit car elle prend en compte la qualité du chef d’entreprise, du projet et des chiffres », renchérit Olivier Klein, directeur général banque commerciale et assurance de BPCE pour le réseau Banque Populaire.

Du crédit pour commencer

Le dispositif concerne les crédits de trésorerie jusqu’à 25.000 euros, les crédits de reprise et transmission jusqu’à 150.000 euros, dont la caution est limitée à 25 % du montant grâce au partenariat avec les sociétés de caution mutuelle, et les crédits d’investissement de 30.000 euros maximum. Un bon moyen pour Banque Populaire de renforcer son positionnement auprès des TPE qui constituent une base importante de sa clientèle, mais aussi un potentiel de croissance considérable. Toutefois, cet accord ne vise pas seulement à vendre du crédit. « Les marges sur les crédits aux TPE sont faibles par rapport au coût du risque, expliquait Olivier Klein lors de la signature de la convention. Il faut envisager la relation avec ces entreprises de façon globale, le chef d’entreprise doit pouvoir confier d’autres parties de son activité à la banque plutôt que d’éclater les relations entre plusieurs établissements, ce qui n’est rentable pour personne. Banque Populaire trouve un intérêt dans une relation globale, qui peut comprendre la gestion du patrimoine privé du dirigeant. »

Agnès Bricard, elle, veut aller plus loin. Déjà le site internet des experts-comptables offre divers outils, comme un guide pour aider les entreprises à améliorer leur cotation/notation, ou encore des liens vers des moteurs de recherche proposés par les Chambres de commerce et par les Chambres des métiers pour trouver les financements publics accessibles par localité. En outre, le Conseil de l’Ordre des experts-comptables a signé une autre convention avec CDC Entreprises et avec le Fonds stratégique d’investissement (FSI) début juillet pour aider les PME à accéder au financement en fonds propres. Au niveau institutionnel, les experts-comptables se rapprocheront des fonds nationaux et régionaux affiliés du groupe CDC susceptibles de financer les PME. Le FSI et CDC Entreprises mettront à la disposition des experts-comptables les informations sur le financement en fonds propres des PME afin que ces derniers puissent mieux orienter les entreprises vers les dispositifs adaptés et les aider à constituer leur dossier d’investissement. Les experts-comptables s’instituent ainsi défenseurs des TPE qui représentent la majorité de leurs clients, et partenaires des banques.

A lire aussi