La banque d’investissement chahutée

le 13/10/2011 L'AGEFI Hebdo

En janvier 2008, Société Générale annonce être victime d’une fraude de 4,9 milliards d’euros, mais l’« affaire Kerviel » est imputée sur le quatrième trimestre 2007. Dès lors, elle ne fait plus apparaître dans ses séries trimestrielles le RoE (rendement des capitaux propres) de sa banque de financement et d’investissement (BFI). Celui-ci s’élevait à 46,2 % après impôts au quatrième trimestre 2006… Effet de la crise, à partir de 2008, elle distingue ensuite les activités pérennes et celles gérées en extinction. « Le résultat net d’exploitation rapporté aux fonds propres s’élevait à 45 % pour ses activités pérennes au premier semestre. Il restera fort quoi qu’il arrive, estime Eric Dupont, senior director de Fitch Ratings. Néanmoins, avec les contraintes croissantes du comité de Bâle, il devrait plutôt s’établir autour de 30 %. » Le groupe ne donne pas d’objectif pour sa banque de financement et d’investissement. Il revendique en revanche « une gestion stricte des risques de marché » et « un moindre profil de risque ».

A lire aussi