La bancassurance en question

le 29/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Les grands assureurs mondiaux continuent à faire leur marché en Turquie. Axa, Sompo Japan Insurance et Aegon sont intéressés par le rachat de Finans Emeklilik, filiale d’assurance du turc Finans Bank. La cession est sans doute guidée par les difficultés de National Bank of Greece, actionnaire de Finans Bank. L’été dernier, DenizBank (Dexia) avait cédé son assurance-vie à l’américain MetLife et noué un accord de distribution exclusif avec Axa dans les dommages. L’opération était imposée par la Commission européenne. Pour autant, ces exemples ne sont pas isolés : Garanti est sorti d’Eureko l’an dernier, Bank Asya négocie la vente de son assureur qui intéresse l’allemand Gothaer, selon

Reuters, et le sort de celui de Yapi Kredi est incertain. « Fabriquer des produits d’assurance n’est pas la priorité des banques turques, analyseSeha Ismen Ozgur, associée du cabinet de conseil Oliver Wyman. Beaucoup préfèrent investir leur capital dans les activités bancaires en forte croissance et tirerpleinementparti de leur réseau pour générer des commissions grâce à des accords de distribution avec des assureurs. » Jean-Paul Sabet, responsable du marché turc chez BNP Paribas, avait constaté le même phénomène en Italie il y a quelques années.« Les banques turques ont une vision domestique. Garder sa filiale d’assurance implique de continuer à investir pour rester compétitif, alors que ce type d’actifs intéresse les assureurs internationaux,juge-t-il. TEB, notre réseau local, travaille par exemple avec Zurich Financial, à qui il a vendu son assurance-dommages il y a quelques années, et avec Cardif(la branche assurance de BNP Paribas, NDLR). »

A lire aussi