Axa se veut plus agressif dans les pays émergents en 2011

le 24/02/2011 L'AGEFI Hebdo

Offensive. Axa n’a pas été à la fête en 2010. Alors que son chiffre d’affaires est ressorti relativement stable à 91 milliards d’euros, son résultat net a en revanche subi un recul de 24 % à 2,7 milliards d’euros. La faute à la perte exceptionnelle de 1,6 milliard liée à la cession, au premier semestre, d’une partie de ses activités d’assurance-vie au Royaume-Uni. Si 2010 a donc été une « année charnière », selon les propos d’Henri de Castries, son PDG, l’exercice 2011 sera placé sous le signe de l’agressivité dans les activités à forte rentabilité (prévoyance, santé) et vers les marchés émergents. Après avoir conclu un accord de distribution fin 2010 et avoir pris des positions en Azerbaïdjan et en Biélorussie, la compagnie souhaite désormais trouver de nouveaux relais de croissance. Comme Generali, Axa « regarde avec beaucoup d’attention » l’Amérique du Sud, en particulier le Brésil et la Colombie, sans négliger les pays du Golfe où « il existe un fort besoin d’assurances ». Le groupe devra également redresser un pôle de gestion d’actifs qui a enregistré une décollecte de 64 milliards d’euros en 2010. « Nous percevons un fort potentiel de rebond en 2011 », a estimé Henri de Castries.

A lire aussi