Autosatisfaction

le 15/12/2011 L'AGEFI Hebdo

La comparaison des habitudes professionnelles d’un pays à l’autre est souvent instructive. Le cabinet Heidrick et Struggles vient ainsi de se livrer à ce type d’analyse pour apprécier les profils des dirigeants de par le monde. Et de comparer les cas français et anglais en relevant une « marge d’évolution pour la France ». Le choix des dirigeants britanniques témoigne d’une ouverture plus grande, indéniablement, à la diversité, tant si l’on considère leur âge (71 % ont entre 46 et 55 ans contre 55 ans d’âge moyen tous pays confondus) que leur nationalité (42 % des grands groupes anglais étant dirigés par des étrangers). Les responsables britanniques sont aussi moins systématiquement pourvus de hauts diplômes (47 % n’ont pas de master contre 13 % en France). L’étude dénombre enfin plus de femmes à la tête de groupes anglo-saxons (6 % aux Etats-Unis contre 0 % en France). Certes, la globalisation parle en faveur de styles variés et adaptables. Dommage toutefois que cette moindre frilosité dans la nomination des décideurs ne suffise pas, à l’évidence, à éviter les contre-performances économiques...

A lire aussi