L’avis de… Olivier Perrin, en charge de l’activité Conseil, et Jean-Sébastien Corbeels, responsable de l’activité Moyens de paiement de Steria

« Attirer de nouveaux clients dans un contexte européen »

le 28/03/2013 L'AGEFI Hebdo

A quelle étape de leur développement les plates-formes de paiement en sont-elles ?

Les plates-formes de paiement françaises sont en phase de consolidation de leur offre monétique (paiements cartes) : elles ont été créées pour mutualiser les investissements et les coûts et offrir des gains de productivité par le traitement sécurisé de grands volumes de transactions. Désormais, elles cherchent à augmenter leurs flux pour développer leur offre de services, ce qui les conduit à s’ouvrir à d’autres clients, filiales des groupes bancaires qui les ont mises sur pied, voire à des filiales étrangères ou à des banques n’appartenant pas à leurs maisons mères.

Comment cela se décline-t-il dans leur offre ?

Ces plates-formes savent toutes traiter les paiements cartes, en magasin, sur internet, via mobile… Elles travaillent sur une offre de services complète permettant d’accepter ces paiements sur tous les supports (web, mobile, tablettes…) et sur tous les canaux, mais aussi à terme sur l’intégration d’autres moyens de paiement, tels que le virement et le prélèvement Sepa (Single Euro Payments Area, NDLR) qui induisent d’autres processus, d’autres contraintes réglementaires et de services. Elles font évoluer leur informatique, se réorganisent, rationalisent leurs back-offices et gèrent le changement auprès de leur personnel afin de maîtriser ces nouveaux métiers.

Quelle est l’influence du Sepa sur leur modèle économique ?

Le Sepa a été pour l’instant envisagé essentiellement sous l’angle des flux et des formats à gérer, mais il comporte également une dimension concurrentielle liée à la directive sur les services de paiement qui permet à des acteurs non bancaires de traiter et d’émettre des flux de paiement cartes. L’entrée en vigueur du Sepa remet les plates-formes de paiement en concurrence avec d’autres acteurs et les oblige donc à anticiper les évolutions réglementaires pour qu’elles soient capables d’offrir les services correspondants dès leur ouverture afin de satisfaire leurs clients et d’en attirer de nouveaux. Le tout dans un contexte désormais européen.

A lire aussi