Les assureurs français affichent des performances contrastées

le 16/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Appétit. Les assureurs français soufflent le chaud et le froid en ce début d’année. Au rayon des bonnes nouvelles, Axa a confirmé le bien-fondé de son recentrage stratégique sur les pays émergents et les produits à plus forte rentabilité. Sur le premier trimestre, ses revenus ont progressé de 3 %, tirés par une croissance dans toutes ses lignes de métiers. Le chiffre d’affaires en assurance-dommages progresse ainsi de 2 % grâce aux hausses tarifaires (+2,7 % en moyenne) et aux marchés à forte croissance (+14 % sur un an). Le pôle vie, épargne et retraite est au diapason, avec une croissance de 4 % de ses revenus tirée par une hausse des affaires nouvelles de 7 % en santé et prévoyance et un fort rebond des unités de compte (+25 %). De solides performances qui nourrissent l’appétit d’Axa pour la croissance externe. L’assureur français figure en effet parmi les prétendants au rachat de certains actifs de l’italien Unipol, au même titre qu’Allianz, Aviva ou Zurich. Generali France ne peut pas en dire autant. A fin mars, la compagnie a accusé une baisse de 32,5 % de ses primes totales, pénalisée par la chute de ses revenus de 41,9 % en assurance-vie et de 1,6 % en assurance-dommages. La filiale française du Lion de Trieste peut toutefois s’enorgueillir d’avoir renoué avec une collecte nette positive en assurance-vie, à 70 millions contre 888 millions d’euros de sorties un an plus tôt, même si elle reste la plus faible de tous ses pays d'implantation. Quant à Groupama, qui ne publie pas de résultats trimestriels, la chasse aux coûts s’est accélérée avec l’ouverture d’un plan de départs portant sur 170 postes chez Gan Prévoyance.

A lire aussi