Les assureurs européens paient un lourd tribut à la crise

le 17/11/2011 L'AGEFI Hebdo

Chute. Ils n’y ont pas échappé. A l’instar des banques, les ténors de l’assurance européenne ont subi de plein fouet les turbulences boursières de l’été et la crise des dettes souveraines de la zone euro. Allianz, le numéro un européen, a ainsi fait état d’une chute de près de 80 % de son bénéfice trimestriel, plombé par 931 millions d’euros de dépréciations d’actifs. Sur neuf mois, son résultat net accuse un recul de 44,3 % à 2,24 milliards d’euros. Generali ne fait pas mieux, avec des bénéfices en chute libre de 95,5 % au troisième trimestre. L’assureur transalpin a été contraint de passer 824 millions d’euros de dépréciations, dont 329 millions d’euros sur ses titres grecs. CNP Assurances n’est guère mieux loti, la crise grecque et la chute des Bourses lui ayant coûté 226 millions d’euros. Ainsi, au troisième trimestre, l’assureur français affiche modestement 7 millions d’euros de résultat net, portant à 550 millions d’euros ses bénéfices sur les neuf premiers mois de l’année. Seul Ageas, fruit du démantèlement de Fortis, plonge dans le rouge, avec une perte nette de 534 millions à fin septembre.

A lire aussi