Des applications mobiles plus fiables et accessibles aux développeurs

le 15/12/2011 L'AGEFI Hebdo

Mootwin conçoit des programmes innovants dédiés aux smartphones pour de nombreux métiers de la finance, en s’occupant aussi du design et de l’ergonomie.

Les applications mobiles, c’est formidable ! Sauf lorsque chaque opération prend de longues secondes ou que le programme se ferme sans crier gare… Face à ces désagréments, la société française Mootwin, installée dans l’Isère, a créé une plate-forme informatique qui gère le lien entre les téléphones mobiles et le système d’information du fournisseur de services de façon à ce que les consommateurs puissent réaliser leurs opérations à distance même si le réseau de communication est faible, grâce à un protocole économe en données. « Grâce à ce protocole, explique Claude Lemardeley, présidente de Mootwin, on utilise cinquante fois moins de ‘data’ qu’une application mobile et deux cents fois moins qu’un site internet mobile. Nous travaillons en ‘push’, autrement dit l’échange de données n’a lieu que si le système d’information du fournisseur et le mobile du client ont quelque chose à se dire, il n’y a pas de rafraîchissement automatique. Par exemple, les indices boursiers viennent en direct sur Mootwin qui les envoie sur tous les mobiles en même temps. »

L’intelligence des applications est donc stockée sur le serveur de Mootwin, et non sur le téléphone mobile, si bien que lorsqu’un mobinaute se connecte, il a accès immédiatement à des données à jour et économise le temps de chargement. « Pour les utilisateurs, cette architecture qui équivaut à du client léger (tout est dans le serveur et non dans le téléphone) doit permettre de tirer parti des possibilités techniques du téléphone et d’offrir ainsi une présentation native, plus riche et plus esthétique, souligne Claude Lemardeley. Pour les directeurs des services informatiques, elle offre un contrôle aussi fort que sur l’internet mobile avec une présentation écrite dans le langage du navigateur du téléphone (iOS pour l’iPhone, Android…). » La plate-forme s’interconnecte au système d’information de l’entreprise via des connecteurs, sans avoir à développer de services web, ce qui évite des développements plus longs. Cette technologie brevetée par Mootwin trouve toute son utilité dans les services financiers où une connexion fiable est très importante.

S’adapter aux usages

Entre autres exemples, Cortal Consors a souhaité dès 2009 offrir rapidement une application mobile transactionnelle fiable, d’autant plus que certains clients passent des ordres de Bourse de montants élevés et veulent savoir immédiatement si tout s’est bien déroulé. « Par ailleurs, nous avions la conviction que la compétence liée aux applications mobiles devait être internalisée, indique Antonio Queiroz, responsable internet et mobile de BNP Paribas Personal Investors, maison mère de Cortal Consors. Nous étions donc attentifs à la présence d’outils pour les développeurs afin que ces derniers puissent créer eux-mêmes des applications. De plus, nous souhaitions réutiliser les développements réalisés pour l’iPhone sur d’autres terminaux. » La collaboration entre Mootwin et Cortal Consors a donné lieu à de nombreux prototypages afin d’obtenir visuellement ce qui est essentiel à l’utilisation de l’application, tout en respectant le cadre fixé par Apple. De plus, les cycles de développement se sont raccourcis pour tenir compte de l’évolution rapide et constante des usages. « C’est pourquoi nous livrons tous les trois à quatre mois une mise à jour de l’application qui permet d’améliorer les fonctionnalités, détaille Antonio Queiroz. Les notifications en temps réel par exemple peuvent désormais être reçues même si l’application n’est pas ouverte sur le téléphone. » L’application iPhone, lancée il y a dix-huit mois en Allemagne et plus récemment en France, cumule 120.000 téléchargements et donne lieu à des transactions de montants élevés. Des dizaines de milliers d’euros transitent sur le réseau, preuve que les clients ont confiance en ce système. Avec le lancement de l’application pour Android en Allemagne, 10.000 chargements supplémentaires ont été comptabilisés en un mois. « La plate-forme de Mootwin est capable de faire face à la montée en charge rapide et fonctionne sur de multiples terminaux, note Antonio Queiroz. Nous travaillons sur une version pour iPad disponible en 2012, ainsi que sur un site mobile optimisé pour les autres terminaux. » De nouvelles fonctionnalités seront également proposées l’an prochain, notamment autour des notifications, afin d’apporter plus de services aux utilisateurs dans la gestion de leur portefeuille, mais aussi pour échanger avec un conseiller grâce à une messagerie interne intégrée à l’application.

Des applications comportementales

Mais selon les besoins des utilisateurs, Mootwin peut aussi bien concevoir des applications comportementales, comme dans le cas d’ALD Automotive, la filiale de location longue durée du groupe Société Générale. Elle a confié à l’éditeur le développement d’une application destinée à promouvoir « l’éco-conduite », une conduite souple permettant de consommer moins de carburant et d’émettre moins de gaz carbonique. « Nous avons fait appel à Mootwin avec l’idée de créer une application qui utilise plusieurs fonctionnalités de l’iPhone telles que la géolocalisation, la boussole et l’accéléromètre, pour promouvoir l’écoconduite avec un rendu en temps réel et immédiatement lisible par le conducteur, expose Christophe Duprat, directeur de la stratégie d’ALD Automotive. En tant que loueur longue durée de véhicules, et avec un parc de 900.000 véhicules, il est de notre responsabilité d’encourager une conduite moins polluante. Nous avons ainsi choisi de mettre notre application iPhone ALD Ecodrive à la disposition gratuite du grand public, client ou non. » De l’idée au concept et à sa réalisation, Mootwin et ALD Automotive ont beaucoup échangé avant de trouver une traduction visuelle immédiate : cette application affiche sur l’écran d’un iPhone une rivière qui coule et dont l’eau change de couleur selon la conduite du client. « Une conduite agressive est pénalisée, mais nous nous interdisons de pénaliser un conducteur dont le trajet l’amène à franchir plusieurs ronds-points, ce qui provoque des accélérations latérales, détaille Marie-Françoise Rotenberg, en charge de la coordination des technologies et des opportunités métier chez Société Générale. L’interprétation des données de mouvement est complexe, c’est pourquoi l’équipe de Mootwin a proposé de réaliser des tests sur route auprès de la société spécialisée dirigée par Jean-Pierre Beltoise, ancien pilote de formule 1 et expert reconnu de l’éco-conduite. »

Pour renforcer l’aspect pédagogique d’une telle application, le trajet tracé sur une carte est disponible a posteriori avec des couleurs vert-orange-rouge pour matérialiser les endroits où la conduite a été plus ou moins écologique. Un bilan CO2 est aussi disponible si l’on a paramétré l’émission de gaz du véhicule dans l’application, et des animations régulières à base de concours de la conduite la plus propre sont organisées pour encourager l’usage. « ALD Ecodrive, disponible en six langues, est hébergée chez Mootwin et aucune donnée personnelle n’est stockée dans les serveurs, précise Christophe Duprat. Depuis juillet 2010, nous comptons plus de 6.000 téléchargements sans publicité. Cette application n’a pas de vocation commerciale mais contribue de façon pragmatique à notre prise de responsabilité environnementale auprès de nos conducteurs comme du grand public. » Avec le mobile, un immense champ de création s’ouvre aux entreprises qui veulent rendre service à leurs clients, et aux autres.

A lire aussi