Année noire pour les grandes gestions françaises

le 02/02/2012 L'AGEFI Hebdo

Déboires. Le marché européen de la gestion collective a sans doute connu l’une des pires années de son histoire. Selon l’étude annuelle de Morningstar, le secteur a enregistré une décollecte nette de près de 125 milliards d’euros en 2011. La France n’a pas échappé à cette débâcle, accusant une décollecte annuelle de plus de 70 milliards. Sans surprise, les banques françaises ont subi de plein fouet ces sorties massives. En tête de liste des vingt sociétés de gestion qui ont le plus décollecté : BNP Paribas (-21 milliards d’euros), suivie d’Amundi (-17 milliards). Mais tous les établissements bancaires français sont logés à la même enseigne, aucun d’entre eux n’ayant pu enrayer ce phénomène de rachats qui a touché l’ensemble des fonds. « Ces acteurs sont généralistes et ont du mal à percer sur certaines catégories », explique Jean-François Bay, directeur général de Morningstar France, précisant que « les investisseurs plébiscitent aujourd’hui une approche de spécialiste, flexible et tactique ». Une tendance qui n’a pas profité à l’indépendant Carmignac Gestion, dont la décollecte a atteint 7 milliards d’euros.

A lire aussi