Amundi au service des territoires et du financement de l’économie locale

le 10/02/2011 L'AGEFI Hebdo

La société de gestion d’actifs s’associe au Crédit Agricole des Savoie pour soutenir le développement du premier secteur industriel de Haute-Savoie.

Crédit Agricole SA (CASA) n’a pas tardé à mettre en musique les engagements dévoilés le 15 décembre pour l’ensemble du groupe. Sans attendre d’avoir présenté, mi-mars, sa propre déclinaison stratégique de ce vaste projet visant à contribuer davantage au financement de l’économie locale et au développement des territoires, le véhicule coté donne un premier exemple des synergies possibles entre les entités du Crédit Agricole. Amundi, son entité de gestion d’actifs (à 75 %), apporte, aux côtés de la caisse régionale des Savoie, son soutien financier au secteur du décolletage*. Première industrie de Haute Savoie où sont implantées 600 entreprises qui emploient plus de 12.000 personnes, cette filière fragilisée par la crise vient de se doter de son premier plan de développement à dix ans, baptisé « Expansion 2020 ». Objectifs : faire passer son chiffre d’affaires de 2 à 3 milliards d’euros en dix ans, porter la part des exportations de 35 % à 50 % et créer 3.000 emplois supplémentaires. « C’est la première fois que nous réalisons une opération pour un secteur d’activité spécifique », reconnaît Yves Perrier, directeur général d’Amundi.

Pour accompagner le développement de ce secteur d’activité, la société de gestion a créé deux nouveaux véhicules d’investissements ad hoc. Le premier est un fonds d’investissement de proximité (FIP), baptisé FIP Avenir Décolletage, qui vise 10 millions d’euros de collecte auprès de la clientèle patrimoniale du réseau du Crédit Agricole des Savoie. Le second est un fonds commun de placement à risque (FCPR) dont l’ambition est de lever 30 millions d’euros auprès d’investisseurs institutionnels, dont le Crédit Agricole des Savoie et la Banque Populaire des Alpes, son partenaire pour cette opération. « Nous allons prendre notre quote-part dans ce fonds, même si la somme n’est pas encore définie », a précisé Jean-Yves Barnavon, directeur général du Crédit Agricole des Savoie. Gérés par Amundi, ces deux fonds constituent un véritable dispositif d’accompagnement des entreprises locales du décolletage sur leur haut de bilan. « C’est une opération de fonds propres significatifs, a d’ailleurs souligné Jean-Pierre Paviet, président du Crédit Agricole des Savoie. Elle démontre que la banque est très attachée à ses territoires et s’inscrit en droite ligne de notre projet de groupe. »

Participation minoritaire

Les sommes investies dans ces deux fonds ont vocation à financer le développement des entreprises locales et, ainsi, faciliter leurs recrutements, leurs innovations et leur éventuelle croissance externe, tout en renforçant leur structure financière et leur solvabilité. Via ces fonds, la banque verte prendra une participation minoritaire, entre 20 % et 30 % du capital, dans les sociétés sélectionnées. Sans aucune volonté toutefois d’en prendre le contrôle. « Toutes les entreprises ne profiteront pas de ces fonds, a tenu à préciser Yves Perrier. Mais le plus important est de faire de belles opérations assez rapidement pour créer un effet d’entraînement. » Car Amundi ne s’en tiendra pas à un simple rôle de concepteur et de gérants des fonds. La société de gestion jouera un rôle actif dans la sélection des candidats qui bénéficieront des sommes ainsi levées, puisqu’elle pilotera le comité d’investissement qui attribuera les capitaux levés aux heureux élus. « Notre mission est d’être l’intermédiaire entre les épargnants et les industriels locaux », a souligné Yves Perrier. Une démarche originale qui, à en croire le patron d’Amundi, pourrait en appeler d’autres si des projets de même nature se présentaient dans d’autres régions françaises.

*Fabrication de petites pièces métalliques (vis, boulon, etc.)

A lire aussi