Le pari sur l’avenir des banques de financement et d’investissement

le 04/05/2017

Mastering the value migration
Télécharger le document

Les banques d’investissement (BFI) vont devoir se battre pour maintenir leurs positions dans les marchés de capitaux, estime le Boston Consulting Group (BCG) dans son étude Global Capital Markets 2017 publiée hier. La part de marché globale de ces acteurs, spécialisés dans activités de conseil, d'intermédiation et d'exécution liées aux opérations dites de haut de bilan (introduction en Bourse, émission de dette, fusion/acquisition), a chuté de 47% à 34% en dix ans, estime cette étude.

Celle-ci prévoit qu'en 2020, les BFI pourraient toujours peser 34% du marché, mais les acteurs alternatifs vont continuer à gagner du terrain. Si le cabinet de conseil anticipe un taux de croissance annuel moyen de 2% pour les revenus des BFI et des gestionnaires d’actifs (buy-side), et de 3% pour les dépositaires, le BGG prévoit une hausse de 7% pour les fournisseurs d’information financière et de 8% pour les Bourses et autres opérateurs de marchés. Leurs parts de marché respectives devraient passer de 7% à 8% et de 6% à 7%, au détriment des acteurs du buy-side. Les revenus globaux tirés des marchés de capitaux, aidés par la hausse attendue des taux d’intérêt, passeraient de 656 à 737 milliards de dollars (676 milliards d’euros) entre 2016 et 2020, selon l’étude.

«Les acteurs non bancaires, traders haute fréquence (HFT), places de marché et de compensation et les fournisseurs d’information de type Reuters tirent parti jusqu’à présent d'un environnement plus favorable en matière de besoins de capitaux et de règles récentes sur le clearing par exemple, souligne Gwenhaël Le Boulay, associé au BCG, dans un article de l'Agefi Quotidien du 3 mai 2017. Aujourd’hui, le débat autour d’une possible et relative déréglementation bancaire aux Etats-Unis pourrait se révéler plus favorable aux banques d’investissement.» 

Le président Donald Trump souhaite un retour au Glass Steagall Act qui sépare les activités de détail de celles, plus risquées, de BFI.

Mastering the value migration
Source :
Boston Consulting Group
Date :
2 mai 2017
Langue :
Anglais
Pages :
28

Sur le même sujet

A lire aussi