L'AMF et l'ACPR se concentrent sur les nouvelles pratiques financières en ligne

le 09/06/2015

Télécharger le document

Il apparaît vital d’encadrer la vente à distance de produits financiers et le «self placement» selon le cinquième bilan commun de l’AMF et de l’ACPR.

Les visites mystères conduites par l'AMF fin 2014, dans 17 établissements (banques en ligne, courtiers, etc.), ont convaincu les deux régulateurs de l'urgence d'encadrer la vente en ligne ou par téléphone. Au niveau européen, un joint committee va se pencher sur le sujet du «conseil automatisé», où les automates remplacent les conseillers physiques.

«On a été surpris par l'hétérogénéité des pratiques, déclare Olivier Fliche, directeur du contrôle des pratiques commerciales à l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Il peut y avoir des sites très bien faits, très ergonomiques, mais des problèmes dans le traitement des informations». De plus, les produits vendus ne sont pas toujours en adéquation avec le profil de risque du client.

Cependant les deux institutions se veulent rassurantes : en France, «on n'est pas en retard sur le sujet», assure le représentant de l'ACPR. Surtout, les régulateurs français estiment avoir pris de l'avance dans le domaine de la réglementation du crowdfunding avec la création en octobre dernier, de deux statuts d'intervenants: les conseillers en investissement participatif, passés de 6 à 16 depuis fin 2014, et les intermédiaires en financement participatif, passés de 16 à 39.

Source :
AMF et ACPR (Banque de France)
Langue :
France
Pages :
69

A lire aussi