La Société Générale fait mieux qu’attendu au troisième trimestre

le 08/11/2018

La Société Générale fait mieux qu’attendu au troisième trimestre
(Pierre Chiquelin)

La Société Générale a réalisé un bénéfice net trimestriel meilleur qu'attendu, profitant de la revalorisation d'une de ses participations et des bonnes performances de sa banque de détail à l'international et de ses activités de marché. Le groupe a également relevé de 136 millions d'euros sa provision pour litiges, en se disant proche d'un accord dans le dossier des sanctions américaines.

La banque dirigée par Frédéric Oudéa a clos le troisième trimestre sur un bénéfice net en hausse de 16% sur un an, à 1,25 milliard d'euros, alors que les analystes sondés par FactSet tablaient sur 935 millions d'euros en moyenne. Le résultat comprend un gain exceptionnel de 250 millions d'euros lié à la revalorisation de la participation détenue dans la société de services financiers Euroclear.

Cette performance reflète également un coût du risque (provisions pour créances douteuses) toujours réduit dans un contexte de faiblesse des taux d'intérêt, même si cet indicateur a progressé à 22 points de base (pb), contre 14 pb au deuxième trimestre. Le groupe table toujours sur un coût du risque de 20 à 25 points de base cette année, contre 18 points de base au cours des neufs premiers mois de l'année.

Parallèlement, le produit net bancaire (PNB) a crû de 9%, à 6,53 milliards d'euros, dépassant les 6,01 milliards d'euros attendus par le marché. Hors impact des titres Euroclear, la croissance des revenus ressort à 4,4% à 6,26 milliard d'euros. Le ratio de solvabilité Common Equity Tier 1 du groupe atteint par ailleurs 11,2%, contre 11,1% à l'issue du deuxième trimestre.

La Société Générale a profité ce trimestre d'une amélioration de tendance dans la banque de détail en France, avec une croissance de 1,8% des revenus (+2,3% hors provisions), la hausse des commissions compensant une marge d'intérêt toujours sous pression en raison de la faiblesse des taux. Se voulant prudent, le groupe n'a pas modifié à ce stade sa prévision de contraction de 1 à 2% pour ce pôle sur l'ensemble de 2018.

La banque de détail internationale et les services financiers, qui comprennent notamment l'assurance et la location automobile de longue durée, ont également connu une accélération de leur activité, affichant un PNB en hausse de 7,3% sur le trimestre. Dans la banque de financement et d'investissement, le PNB affiche une solide croissance de 7,7%, porté par un rebond des activités de marché et par une bonne dynamique dans le financement et le conseil.

La Société Générale a par ailleurs indiqué s'attendre à conclure prochainement un accord dans le cadre de l'enquête sur la violation des sanctions américaines. La provision pour litiges a fait l'objet d'une dotation supplémentaire de 136 millions d'euros après une hausse de 200 millions d'euros au trimestre précédent, une partie de cette somme devant compléter les 1,1 milliard d'euros déjà mis de côté dans ce dossier.

Après le règlement des litiges relatifs au LIA et au Libor en juin, «le groupe met fin ce trimestre aux impacts financiers des grands litiges avec les autorités américaines relatifs à la période pré-crise financière», a commenté le directeur général Frédéric Oudéa, cité dans un communiqué. Le coût attendu de cet accord «est pleinement couvert» par les sommes provisionnées, a précisé le groupe.

Après 15 minutes de cotation, le cours de l'action Société Générale gagne 3,21% à 34,22 euros.

Sur le même sujet

A lire aussi