La BFI de Crédit Agricole SA a pâti de faibles volumes

le 15/05/2018

Les revenus des activités de marché ont chuté de 20% à change constant au premier trimestre. Ceux de la banque d’investissement ont baissé de 16%.

Crédit Agricole, siège à Montrouge (92)
Siège du Crédit Agricole à Montrouge (92).
(© Crédit Agricole)

Crédit Agricole SA (CASA) a connu un premier trimestre atone dans ses activités de banque de financement et d’investissement (BFI) au premier trimestre. Hormis sur les activités de financement, le véhicule coté de la banque verte a pâti de l’attentisme de ses clients, avec à la clé une baisse du résultat net part du groupe de la division de 35,2%, à 185 millions d’euros.

CASA a dans l’ensemble enregistré un résultat net part du groupe de 856 millions d’euros, en hausse de 1,2% en données publiées. Hors éléments spécifiques, le résultat a baissé de 12,1%, à 788 millions d’euros, en raison de la sortie d’actifs du périmètre du groupe (Eurazeo, Saudi Fransi).

Taux et change à la peine

Retraité de l’effet pénalisant de la baisse du dollar, la banque de marché a enregistré une baisse de 20% de ses revenus du fait du ralentissement de l’activité sur les marchés crédit/taux/change, son principal moteur. Les émissions obligataires sur le marché en euro ont ainsi baissé de 15% au premier trimestre, ce qui s’est aussi répercuté sur les activités de swaps. «Sur les activités de change, on constate une hausse des volumes d’activité, toutefois les revenus sont en baisse car impactés par une compression des marges», relève CASA. En baisse de 16%, les revenus de la banque d’investissement ont eux pâti de l’absence d’opérations majeures de M&A. La banque commerciale a en revanche vu ses revenus progresser de 5% grâce au dynamisme de la syndication.

Le moindre dynamisme de la BFI a pour partie été compensé par les activités d’épargne et d’assurance, à commencer par Amundi. La contribution au résultat net du premier gérant européen, qui a collecté un record de 39,8 milliards d’euros au premier trimestre, a gonflé de 44,6%, à 146 millions d’euros. En raison d’une base de comparaison élevée, liée au pic de renégociation de crédits observé début 2017, la contribution de LCL a quant à elle baissé de 24,7%, à 106 millions d’euros.

Sur le même sujet

A lire aussi