HSBC se replie en Bourse malgré un bénéfice 2017 en forte hausse

le 20/02/2018

Le bénéfice imposable annuel de la banque a plus que doublé en 2017, atteignant 17,2 milliards de dollars, sans satisfaire les attentes des marchés.

HSBC se replie en Bourse malgré un bénéfice 2017 en forte hausse
(Bloomberg)

La banque HSBC Holdings a plus que doublé son bénéfice imposable en 2017 et annoncé une augmentation de capital de sept milliards de dollars (5,65 milliards d'euros) au maximum afin de renforcer ses fonds propres pour alimenter les projets de croissance d'une nouvelle direction. 

Le bénéfice imposable annuel s'est élevé à 17,2 milliards de dollars l'an passé contre 7,1 milliards en 2016. 

La Bourse n'a toutefois pas apprécié l'annonce du résultat, en deçà des attentes, et l'action a ouvert en baisse de 2,7% à Londres où elle perdait 3,4% vers 8h20 GMT, l'une des plus fortes pertes de l'indice européen Stoxx 600.

Le consensus n'intégrait pas une dépréciation de 1,3 milliard de dollars sur les crédits d'impôt différés provoquée par la baisse de l'impôt sur les sociétés (IS) aux Etats-Unis, une charge que HSBC est loin d'être la seule banque à avoir enregistré dans ses comptes.

Le comparatif de 2016 intégrait lui une dépréciation de la survaleur de 3,2 milliards de dollars dans la banque privée en Europe, ainsi que les retombées de la vente des opérations de la banque au Brésil.

HSBC entend augmenter son capital de cinq à sept milliards de dollars au premier semestre pour renforcer son ratio de fonds propres durs Tier 1 et procéder à des rachats de titres "lorsque le moment sera opportun". Le dernier rachat de titres, en juillet, avait atteint deux milliards de dollars, sans pour autant rogner son matelas de fonds propres.

La première banque européenne par la capitalisation a subi une douloureuse restructuration sous la houlette du directeur général Stuart Gulliver, qui s'est traduite par la suppression de milliers d'emplois, la fermeture d'agences et l'abandon de certains marchés.

"En 2017, nous avons restitué aux actionnaires un total de trois milliards de dollars par le biais de rachats de titres et versé plus de dividendes qu'aucune autre banque américaine ou européenne", a déclaré Stuart Gulliver.

Ce dernier a donné sa démission après avoir dirigé l'établissement pendant plus de sept ans et sera remplacé par le vétéran John Flint.

Sur le même sujet

A lire aussi