Le Crédit Agricole simplifie sa structure financière

le 17/02/2016

Les caisses régionales rachètent les CCI et CCA détenus par Crédit Agricole SA pour 18 milliards d’euros. Le véhicule coté porte sa solvabilité CET1 à 11%.

Crédit Agricole SA simplifie enfin sa structure financière, dont la complexité handicapait depuis longtemps la banque aux yeux des investisseurs.

La banque verte a détaillé mercredi matin ce projet dont les grands principes avaient été énoncés en janvier. Les superviseurs, BCE et AMF en tête, l’ont validé, de même que les conseils d’administration des entités du groupe.

L’opération consiste à couper la boucle d’autocontrôle qui voyait CASA détenir 25% du capital des caisses régionales, elles-mêmes actionnaires du véhicule coté. Les certificats coopératifs d’investissement (CCI) ou d’associés (CCA) détenus par l’organe central au capital de chacun des caisses seront transférés à une structure, Sacam Mutualisation, intégralement contrôlée par les entités

régionales. En parallèle, le mécanisme de «Switch 1», par lequel

les caisses garantissaient à CASA la valeur de ses certificats,sera

dénoué. Le deuxième Switch, qui porte sur la valeur des filiales d’assurance de

l’organe central afin d’en alléger le coût en fonds propres, sera pour sa part

maintenu.

Rachat de dette en vue

Sur le plan financier, Eureka pèse lourd. CASA devrait recevoir 18 milliards

d’euros, ce qui correspond à un multiple de 17,2 fois la contribution des

caisses régionales au résultat net 2015 et de 1,05 leur actif net. En

contrepartie, le véhicule coté renverra aux caisses les 5 milliards d’euros

correspondant au dépôt de garantie qu’elles avaient effectué pour Switch 1. Il

leur prêtera par ailleurs 11 milliards d’euros à 10 ans, à un taux de 2,15%.

Dans le compte d’exploitation de la banque cotée, ces flux se traduiraient par

une plus-value de près de 500 millions d’euros. Crédit Agricole SA l’utilisera

pour racheter des dettes portant des coupons élevés.

CASA y gagne immédiatement 41 points de base de ratio common equity tier

one (CET1). Celui-ci passera à 11% avec effet au 1er janvier

2016, soit avec un an d’avance sur l’objectif fixé à fin 2016. La marge de

sécurité dont la banque dispose au-dessus de ses exigences de pilier 2

s’accroît donc à 150 pb. Le groupe espère ainsi changer la perception de son

véhicule coté. Le dividende au titre de 2015, de 0,60 euro par action, soit un

taux de distribution de 50%, pourra encore être réglé en titres cette année,

mais il sera intégralement payé en cash l’année suivante.

Une dilution de 9% du bénéfice par action

L’opération amputera en revanche de 470 millions d’euros le résultat net et

diluera le bénéfice par action de 9%. Elle donnera aussi un profil a priori

plus risqué au nouveau CASA, où la banque de détail en France ne pèsera plus

que 14% de l’activité au lieu de 32%.

Le Crédit Agricole a par ailleurs publié mercredi un résultat net de 882

millions d’euros au quatrième trimestre pour CASA, en hausse de 27% sur un an.

Le résultat annuel atteint 3,516 milliards d’euros, 50% de plus qu’en 2014,

année marquée par le sinistre BES au Portugal.

A lire aussi