Crédit Agricole signe un bon trimestre malgré une provision pour litige

le 04/08/2015

D'un montant de 350 millions d'euros, elle couvre l'accord en cours de négociation avec les Etats-Unis dans le dossier des pays sous embargo.

La hausse de 91,4% sur un an du profit net du groupe Crédit Agricole repose sur son dynamisme commercial. Photo DR.

Le groupe Crédit Agricole a dégagé un profit net part du groupe de 1,5 milliard d’euros au deuxième trimestre 2015, en hausse de 91,4% sur un an. Soutenue par une base de comparaison favorable, puisque le groupe avait soldé l’an dernier son aventure Banco Espirito Santo (BES) pour 708 millions d’euros, cette progression a néanmoins été étayée par un certain dynamisme commercial, qui a permis d’effacer une provision pour litige de 350 millions.

Enregistrée dans les livres de Crédit Agricole SA (Casa), le véhicule coté du groupe bancaire, cette écriture comptable intervient dans un contexte de progression des discussions avec les autorités américaines, concernant des paiements libellés en dollars impliquant des pays placés sous embargo par Washington. Selon Philippe Brassac, le directeur général de Casa, un règlement définitif du dossier devrait intervenir dans les mois qui viennent.

Retraité de cet élément exceptionnel, ainsi que de la réévaluation de la dette, du DVA courant et des couvertures de prêts, le produit net bancaire des métiers du groupe a progressé de 3,4% au deuxième trimestre, à 8,25 milliards d’euros. Le résultat brut d’exploitation a lui augmenté de 3,9%, tandis que le coût du risque a baissé de 21,6%. Le ratio de solvabilité CET1 s’est lui amélioré de 20 points de base au deuxième trimestre, à 13,2%.

Sur le plan commercial, Crédit Agricole a notamment enregistré 230.000 ouvertures nettes de dépôts à vue sur un an dans les caisses régionales, tandis que les encours de crédits ont augmenté de 2,2%, à 500 milliards d’euros. La production de crédits à la consommation et les encours de partenariats automobiles ont pour leur part grimpé de respectivement 13,7% et 10% sur un an. La collecte bilan (+4%) a également été dynamique, tandis qu’Amundi a engrangé 22,6 milliards d’euros.

A lire aussi