La Russie ampute les comptes de la Société Générale de 525 millions d'euros

le 07/05/2014

la banque française a enregistré une baisse de son bénéfice net part du groupe comptable à 315 millions d'euros au premier trimestre sur dépréciation de ses activités russes

La Société générale a enregistré une baisse de son bénéfice net part du groupe à 416 millions d’euros au premier trimestre 2014, contre 798 millions d'euros sur les trois premiers mois de 2013, le bénéfice net part du groupe comptable reculant de 13,3% à 315 millions d'euros. Les comptes portent la marque d’une dépréciation de l’écart d’acquisition des activités en Russie dont l’impact est évalué à 525 millions d’euros.

Le réseau français détient près de 100% de la banque russe Rosbank. "Le groupe présentera le 13 mai sa stratégie de développement à trois ans en Russie qui conforte la capacité à atteindre en 2016 une rentabilité satisfaisante dans un scénario d'apaisement progressif des tensions", souligne la banque dans son communiqué. Dans une présentation, la Société générale évoque un objectif de taux de rendement des capitaux propres (ROE) supérieur à 10% en 2016 alors qu'elle espérait jusqu'ici le porter à plus de 15% en 2015.

La banque a enregistré une augmentation de son produit net bancaire comptable de 18,8% à 5,7 milliards d'euros par rapport au premier trimestre 2013. En France, les revenus de la banque de détail sont restés stables (+0,1%) tandis que le résultat net monte de 20,8% à 323 millions d'euros. Le pôle qui rassemble la banque de financement et d'investissement, la gestion d'actifs et les métiers titres a essuyé un recul des revenus et une chute de son résultat de 15,2% à 481 millions d'euros. Le coût du risque s'inscrit en baisse de près de 30%.

A lire aussi