Le crédit renouvelable devrait faire l'objet d'un nouvel encadrement

le 10/09/2012

Benoît Hamon, le ministre de la consommation, attend une évaluation de la loi Lagarde. Leur part dans les crédits à la consommation est tombée à 32%.

Le crédit renouvelable devrait faire l'objet d'un nouvel encadrement

Un peu plus d’un an après la publication de la loi Lagarde, le gouvernement

privilégie l'hypothèse d'un encadrement plus strict du crédit renouvelable à sa

suppression pure et simple réclamée par des élus socialistes, a déclaré lundi

le ministre de la consommation, Benoît Hamon. Il a notamment évoqué la

nécessité de revoir le lien entre les cartes de fidélité et ces crédits "revolving" qui se présentent sous

la forme "de réserves d'argent très

tentantes", une pratique dénoncée de longue date par les associations

de consommateurs.

Une réforme pourrait être inscrite dans un projet de loi sur la consommation

qui ne sera pas présenté au Parlement avant 2013, a indiqué le ministre lors

d'un point de presse. Le gouvernement attend pour cela un rapport faisant le

point sur la mise en oeuvre de la loi Lagarde de 2011, qui avait durci les

conditions d'octroi de ces crédits dont les taux sont très élevés. "Aujourd'hui nous travaillons (...) à des

formes d'encadrement supplémentaire du crédit renouvelable sauf à ce que

l'évaluation dont je disposerai justifie la mise à l'écart de ce produit-là,

a ainsi prudemment précisé Benoît Hamon. L'objectif

est de protéger les consommateurs sans mettre en péril l'économie française et

la consommation. Nous essaierons de trouver la formule qui évite aujourd'hui

que certains consommateurs plongent dans la spirale de l'endettement et du

surendettement."

Les banques font valoir que la loi Lagarde a déjà entraîné une baisse

significative des crédits renouvelables. Selon des chiffres diffusés la semaine dernière par l'Association française des sociétés financières, leur

part dans les crédits à la consommation est tombée à 32% au premier semestre

2012, contre 35% en 2011, 37% en 2010 et 40% en 2009. A fin avril, le nombre

d'ouvertures de crédits renouvelables accusait un recul de 15,5% en année

mobile par rapport à un an plus tôt.

A lire aussi