Julius Baer rachète la gestion de fortune non-américaine de Bank of America

le 13/08/2012

La banque suisse versera à Bank of America Merrill Lynch environ 860 millions de francs pour cette acquisition qui augmente de 40% ses actifs sous gestion à 251 milliards de francs.

La banque suisse Julius Baer a annoncé ce lundi le rachat des activités de gestion de fortune non-américaines de Bank of America Merrill Lynch, augmentant de 40% ses actifs sous gestion (AuM) à 251 milliards de francs. Dans un communiqué, Julius Baer indique qu'il versera environ 860 millions de francs (716 millions d'euros) au titre de cette acquisition. Cette acquisition allonge la liste des rachats opérés par la banque ces dernières années parmi lesquels Ehinger Armand von Ernst, Ferrier Lullin & Cie, BDL Banco di Lugano et GAM pour 5,6 milliards de francs cédé par UBS en 2005.

L’acquisition que vient d’effectuer Julius Baer « fera nettement progresser la stratégie de croissance de Julius Baer et renforcera considérablement sa position de leader dans ses opérations mondiales de private banking en apportant une envergure substantielle et des bureaux supplémentaires, principalement sur les marchés de croissance, mais aussi en Europe », dit la banque suisse.

Julius Baer prévoit que « cette acquisition devrait contribuer à un accroissement des bénéfices à partir de la troisième année complète après le bouclage principal de l'opération, c'est-à-dire la première année stationnaire complète après l'intégration ». Elle ajoute que « quel que soit le montant d'AuM transférés, compris entre 57 milliards CHF et 72 milliards CHF, l'accroissement visé du BPA en 2015 est d'environ 15% ».

Pour financer l’opération conclue avec Bank of America, Julius Baer dispose de 530 millions de francs en cash. La banque prévoit de lever 750 millions de francs et apporte à Bank of America 240 millions de francs d’actions, portant sa participation de la banque de Charlotte dans Julius Baer à 3%. Elle compte aussi lever 200 millions de francs de bons hybrides. L’acquisition coûtera environ 400 millions de francs en restructuration, intégration et réduction de coûts.

A lire aussi