UBS table sur une perte de 2 milliards de francs au premier trimestre

le 15/04/2009

UBS table sur une perte de 2 milliards de francs au premier trimestre

Pour le premier trimestre, la banque suisse table sur une perte de près de 2 milliards de francs suisses (1,3 milliard d'euros), suite à «une contribution négative globale d'environ 3,9 milliards imputable à des pertes sur des positions à risque non liquides déjà connues, des provisions pour risques de crédit et en raison d'adaptations de prix pour les dernières positions qui ont été transférées à la Banque nationale suisse». La banque explique que les perspectives pour ces positions à risque restantes n'ont toutefois pas «changé de manière significative».

Malgré cette perte, UBS prévoit un ratio de fonds propres de près de 10% à fin mars 2009 grâce à une nouvelle réduction du total du bilan et des actifs pondérés en fonction du risque.

Néanmoins en dépit de «premiers signes positifs», l’établissement devrait boucler le premier trimestre sur des sorties nettes de fonds. Pour la division Wealth Management & Swiss Bank les sorties nettes de fonds s'élèvent à près de 23 milliards de francs, en raison de la «publication de l'accord relatif aux enquêtes menées sur les services bancaires transnationaux pour les clients américains». Par ailleurs, Wealth Management Americas a enregistré un résultat positif, avec un afflux net d'argent frais de près de 16 milliards de francs.

Conséquence de ces nouvelles difficultés, UBS a décidé de mieux adapter sa taille aux conditions de marché en réduisant ses activités, ce qui devrait permettre à la banque d’économiser entre 3,5 et 4 milliards de francs à la fin de 2010 par rapport à l’an dernier. Cela se traduira notamment par de nouvelles suppressions de postes, puisque le nombre d’employés de la banque devrait passer de 76.200 personnes à 67.500 d’ici 2010. En outre, UBS assure qu’elle se retirera des domaines d’activités risqués et non rentables. La banque examine actuellement son portefeuille d'activités afin d'identifier clairement les domaines dans lesquels elle veut continuer d’opérer et croître et ceux qu'elle veut abandonner.

A lire aussi