Partenariat

Dossier

Carbone : highway to hell – Article 173, le point de vue des assureurs

Natixis Investment Managers
Carbone : highway to hell – Article 173, le point de vue des assureurs

Le niveau actuel des émissions de CO2 dues à l’activité humaine nous conduit de façon sûre vers un scénario catastrophe. Pour tenter d’atténuer les effets négatifs de notre activité sur l’environnement, un objectif de limitation du réchauffement planétaire sur le long terme à 2°C a été adopté par la communauté internationale. Cela implique de diviser par deux, au moins, nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Mais pour réduire notre empreinte carbone, encore faut-il être capable de la mesurer ! Il est donc crucial d’accorder la même attention à la comptabilité environnementale (carbone) qu’à la comptabilité financière.

La finance est un levier puissant de transformation de l’économie, notamment par le biais de l’investissement. En soutenant des solutions de long terme et des business models durables, la finance est en mesure d’accélérer l’émergence d’un modèle économique performant, tout en étant respectueux de l’environnement, de la biodiversité, et de l’humain. Les intérêts sont mutuels : la finance doit prendre en compte les questions climatiques, pour voir l’économie de façon lucide. Le climat, de son côté, a besoin de la finance pour rentrer dans une trajectoire soutenable. La Commission Européenne a bien compris l’importance de cette connexion en lançant au premier semestre son plan d’action pour une finance durable.

Chaque investisseur peut jouer un rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique. En choisissant un intermédiaire financier en pointe sur les sujets climatiques, il pourra soutenir ce modèle économique soutenable, et en bénéficier. Cet intermédiaire est d’autant plus important que la trajectoire climatique des principaux indices actions est supérieure à 4°C. Opter pour une gestion passive répliquant ces indices ne contribue pas à la lutte contre le réchauffement climatique, bien au contraire. Seule une gestion active, capable de s’éloigner des indices de référence en maintenant une performance financière, peut permettre d’aligner ses investissements avec les objectifs fixés lors de l’accord de Paris sur le climat. C’est la direction sur laquelle travaille Mirova, acteur de référence de la finance durable.

L’article 173 de la Loi Transition Energétique oblige les assureurs français à publier un reporting sur la manière dont ils appréhendent les risques liés aux sujets ESG, notamment au climat. Les assureurs sont particulièrement sensibilisés aux conséquences du réchauffement climatique du fait du risque plus élevé de catastrophes naturelles à assurer, couplé à une augmentation potentiellement insoutenable du prix de la couverture assurance pour l’assuré, et enfin du risque sur la valeur de leurs investissements.

Lire l’intégralité de l’analyse : Loi Transition Énergétique, quel impact pour les assureurs ?

                    

Mirova Affilié de Natixis Investment Managers
Société Anonyme
Capital: €8 322 490 Agréé par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) sous le numéro GP 02014.
RCS Paris n° 394 648 216
59 avenue Pierre Mendès France www.mirova.com
Ce document est uniquement publié à titre d'information et est destiné aux prestataires de services d'investissement ou autres Clients professionnels. Les analyses et les opinions formulées aux présentes représentent les opinions subjectives de leurs auteurs respectifs, à la date indiquée, et sont susceptibles d'être modifiées. Rien ne garantit que la situation évoluera comme le prévoit ce document