Sponsorisé

Dossier

Paris joue la carte de la finance verte et du climat

Paris joue la carte de la finance verte et du climat
(Photo UN.)

Depuis la Cop 21 et l'accord de Paris sur le climat, en 2015, la France affiche de grandes ambitions en matière de finance verte. La cause climatique serait bien sûr une motivation amplement suffisante. Mais elle n'est pas la seule. Les pouvoirs publics français souhaitent surfer sur cette vague afin de promouvoir la place financière de Paris au moment où les banques de la City se redéploient hors de Grande-Bretagne dans la perspective du Brexit. 

Avec son poids sur le marché des obligations vertes (3° position derrière les Etats-Unis et la Chine), avec sa TTF et ses exigences de reporting auprès des établissements financiers en matière de risques liés aux changements climatiques, au terme de la loi de transition écologique, la France n'a pas à rougir de ses engagements dans la sauvegarde du climat. Les rendez-vous de haut niveau des 11 et 12 décembre 2017 à Paris, le "Climate finance day" et le "One planet summit", organisés par les pouvoirs publics et Paris Europlace, confirment cette stratégie face aux places concurrentes du reste du monde.

Une stratégie qui porte ses fruits. Selon le classement de ShareAction, trois banques françaises figurent dans le groupe de tête des 15 réseaux européens analysés pour leurs initiatives contre les dérèglements climatiques. De leur côté, des gérants d'actifs s'engagent aussi dans l'action collective.

Toutefois, l'objectif de réorienter les flux financiers vers une économie verte, comme le prévoit l'accord de Paris, est loin d'être atteint. Les résistances y compris réglementaires sont nombreuses. Certaines ONG, comme WWF, plaident pour rendre les prêts bancaire aux projets verts moins onéreux, par allègement de la charge en capital, et a contrario d'allourdir le coût des crédits aux projets carbonnés. D'autres propositions portent sur la normalisation du marché des obligations vertes, en pleine croissance, afin d'en authentifier l'orientation environnementale. La liste est longue.

Green bonds, un marché en plein essor

"Frédéric Samama, Directeur adjoint du pôle clients institutionnels, Amundi et Marie-Anne Allier, Directeur adjoint des Métiers Taux et Crédit, Amundi"
 

Le marché des green bonds a le vent en poupe. Depuis 2013, il affiche chaque année une croissance soutenue. En 2016, celle-ci a été de 120% pour un total de 90 milliards de dollars d’émissions. Selon l’agence de notation Moody’s, elles pourraient dépasser les 200 milliards de dollars avant la fin
2017. En savoir plus

Amundi - EDF : un co-actionnariat en faveur de la transition énergétique.

"Matthieu Poisson, Directeur Général, Amundi Transition Énergétique"

Avec EDF, Amundi construit des produits d'infrastructure diversifiés sur plusieurs segments de la transition énergétique. Ces classes d’actifs, normalement difficiles d’accès pour un simple financier, offrent un rendement significatif et régulier, avec un risque industriel que seul un leader comme EDF peut assurer sur 20-25 ans. En savoir plus

"Low Carbon": le jour d'après

"avec Thimothée Jaunlin, Ingénieur solutions d'investissement pour les institutionnels"

Grâce à la COP 21 et la loi de transition énergétique, les enjeux climatiques font partie intégrante des impératifs réglementaires auxquels sont désormais soumis les investisseurs. Au-delà, la standardisation des données, le prix du carbone, la mise en place de mesures communes sont les sujets appelés à structurer davantage l’approche low carbon. En savoir plus

Amundi finance l'économie durable de demain.

"Thierry Bogaty, Directeur Expertise ISR, Amundi"

L’Accord historique de Paris, signé lors de la COP21*, pour réduire, de manière concertée à travers le monde, les émissions de carbone et limiter la hausse de la température de la planète est aujourd’hui réaffirmé à Bonn avec la COP23. En savoir plus