Dossier

Le mirage du retour de l’inflation

Le mirage du retour de l’inflation

L'inflation peine toujours à afficher des niveaux satisfaisants. En juin, la hausse des prix a été de 1,3% en zone euro, en recul net par rapport à un mois d'avril à 1,9%, tout près de l'objectif inscrit dans le mandat de la Banque centrale européenne (légèrement inférieure à 2%). Très scrutée par les banques centrales, l'inflation sous-jacente (hors pris de l'énergie) a quant à elle progressé de 0,2 point en un mois à 1,2%. La décélération de l'inflation globale s'explique par le net ralentissement des prix de l'énergie, qui n'ont augmenté que de 1,9% sur un an après des hausses de 4,5% en mai et de 7,6% en avril

Dans ce contexte, le début de tarissement du programme de rachat de dettes de la BCE s'annonce perilleux. Une enquête menée par Reuters il y a quelques jours montre qu’elle devrait attendre jusqu'en septembre avant d'annoncer une baisse progressive de son rythme mensuel de rachats de 60 milliards d'euros à partir de début 2018. En attendant, la BCE devrait laisser la situation ouverte et conserver de la flexibilité en calant sa communication (forward guidance) sur celle de la Fed, qui conditionne depuis 2014 le rythme de sa normalisation aux évolutions de la croissance et de l'inflation.