Sponsorisé

Dossier

ETF, une nouvelle phase dans la croissance

BNP Paribas Investment Partners
ETF: l'Europe pas prête à une guerre des tarifs. Illustration: PHB/Agefi
ETF: l'Europe pas prête à une guerre des tarifs. Illustration: PHB/Agefi

Les actifs des ETP (ETF...), ces produits indiciels cotés qui ont émergé dans l'industrie de la gestion d'actifs début 2000, semblent promis à un avenir prometteur dans les portefeuilles des investisseurs (voir l'éclairage Grands Prix l'Agefi des ETF).

En 2016, les actifs sous gestion des ETF en Europe ont atteint un montant record de 514,5 milliards d'euros, sous l'effet notamment des performances du marché. Les fonds action ont mené la danse, suivis par les fonds obligataires, puis les fonds matières premières. 

Les ETF obligataires ont connu une poussée ces dernières années. Ils offrent aux investisseurs y compris individuels un accès simplifié vers des marchés difficiles d'accès comme les émissions des pays européens périphériques ou l'obligataire à haut rendement. 

Dès 2014,  les ETF semblaient prêts à supplanter les hedge funds en termes d'encours, selon Tim Edwards, directeur responsable de la stratégie d'investissement indiciel (index investment strategy) chez le fournisseur d'indices S&P Dow Jones Indices. Les hedge funds continuent de promettre de l'alpha au prix de commissions particulièrmeent élevées alors que les ETF gagnent de plus en plus de terrain grâce à leurs caractéristiques propres : coûts limités, liquidité et transparence. 

Toutefois, le FSB tirait déjà la sonnette d'alarme sur le risque que présentent les ETF dont le sous-jacent est particulièrement sensible à une remontée des taux, tels que les obligations high yield, dans la perspective du redressement des taux d'intérêt américains. 

Video : « Les ETF Smart Beta : dans un monde qui change, le bon choix devrait être évident ».