Dossier

La technologie Blockchain révolutionne les transactions en ligne

La technologie Blockchain révolutionne les transactions en ligne

Après la phase de sidération, le monde de la finance s’empare du phénomène de la blockchain. Assureurs et banquiers multiplient les initiatives pour apprivoiser une technologie qui menace de dynamiter les procédures aujourd’hui en vigueur dans leurs relations avec la clientèle.

La blockchain est généralement définie comme une base de données décentralisée ou, plus précisément, comme un système d'enregistrement et de traçabilité de transactions dont la vertu présumée est de rendre fiable tout échange électronique. L'inventeur, Satoshi Nakamoto, s'est inspiré du modèle des ledger, les registres comptables, mais en faisant en sorte que la mise à jour des bases de données soit assurée par le réseau lui-même. Aucun intermédiaire (banques ...) n'est utile pour cette mise à jour des mouvements et des soldes comptables et l'authentification des propriétaires des comptes. La gestion du réseau peut donc se dispenser de frais d'administration et d'infrastructures. Et la base de données bancaires est accessible à tous et décentralisée. 

L'inventeur, Satoshi Nakamoto, s'est inspiré du modèle des ledger, les registres comptables, mais en faisant en sorte que la mise à jour des bases de données soit assurée par le réseau lui-même. Aucun intermédiaire (banques ...) n'est utile pour cette mise à jour des mouvements et des soldes comptables et l'authentification des propriétaires des comptes. La gestion du réseau peut donc se dispenser de frais d'administration et d'infrastructures. Et la base de données bancaires est accessible à tous et décentralisée. 

Cette invention, souvent présentée comme la technologie sous-jacente au bitcoin, repose sur deux piliers : la cryptographie asymétrique, une technologie qui permet de prouver son identité sans dévoiler un secret et qui garantit qu’une signature est unique, et un réseau peer to peer, donc décentralisé, dans lequel toute transaction doit être validée par l’ensemble de ses membres, ce qui en assure la sécurité. Grâce à internet, les échanges peuvent être validés en temps réel. 

Au départ, seules quelques start-up fondées par des experts en informatique se sont mis à travailler sur la Blockchain.  Après une période de scepticisme, les acteurs de la finance ont compris le potentiel de transformation de certains de leurs métiers, en particulier ceux nécessitant la présence d’un tiers de confiance et impliquant de nombreux intermédiaires, comme les paiements internationaux.  Plusieurs banques et autres acteurs financiers (Barclays, Santander, Citi, Visa, le Nasdaq…) ont choisi de prendre des parts dans des  start-up travaillant sur des applications bancaires mais pas seulement, car la capacité de cette technologie à assurer une traçabilité infinie des échanges intéresse aussi les industries qui ont besoin de contrôler l’origine des marchandises ou des matières premières.