Dossier

L'opacité du bitcoin, principal frein à son essor

Nouvelle affaire de piratage informatique pour le bitcoin. Crédit Fotolia.
Nouvelle affaire de piratage informatique pour le bitcoin. Crédit Fotolia.

Hautement volatil, le cours du bitcoin, cette monnaie électronique non régulée, a plus que doublé en 2016 face au dollar et à l’euro, grâce à d’importants achats enregistrés en Chine et en Inde, mais aussi aux Etats-Unis et en Europe où les investisseurs sont en quête de valeur refuge. Sa valeur totale en circulation a dépassé 16 milliards de dollars. Mais alors qu'elle approchait son plus haut historique, la devise numérique a chuté de plus de 20% en quelques heures, jeudi 5 janvier, puis de 12% le lendemain, sur le point de battre son record de chute sur deux jours en deux ans.

Utilisée de manière informelle et opaque dans des transactions par internet, le bitcoin a été au départ, en 2009, perçu comme une menace pour le système monétaire, la stabilité, le respect des lois et les recettes fiscales. Une menace symbolisée par l'arrêt en février 2014 du site Mt.Gox, pionnier du bitcoin, victime d'une attaque de hackers. Mais au fil des mois, le statut de la monnaie virtuelle a bien changé. Son encadrement réglementaire et fiscal se précise à mesure que les autorités - CFTC américaine, Cour de justice de l'Union européenne - se saisissent de la question. De leur côté, les promoteurs de la monnaie virtuelle s'organisent avec notamment la création de la « Bitcoin foundation », l'organisation chargée de « standardiser, protéger et promouvoir » la monnaie. Enfin, le secteur financier s'intéresse de près aujourd'hui à la Blockchain, la technologie qui sous-tend la monnaie virtuelle.