Dossier

Flash crashs, une nouvelle ère d’instabilité

Flash crashs, une nouvelle ère d’instabilité
(Fotolia)

Vendredi 7 octobre 2016, le cours de la livre s’est effondré de 9 % en moins de deux minutes avant de rebondir en quelques instants à 1,2465 dollar, soit une baisse totale très limitée de 1,2%. Ce premier flash crash de la livre a ébranlé la confiance des marchés, d'autant qu’il a touché le cours d’une monnaie extrêmement liquide, ce qui aurait pourtant dû la tenir hors d’atteinte d’un tel événement.

L'apparition des flash crashs coïncide avec le développement du trading haute fréquence (THF) et du trading algorithmique. Ce dernier, souvent sur des opérations massives, laisse à un programme informatique le choix des modalités d'un ordre boursier, afin d'optimiser la transaction.

L'automatisation des transactions financières, trouve son origine dans les révolutions technologiques du début du 21e siècle. Elle a permis une accélération des flux boursiers qui se trouve être aujourd'hui la cause des flash crashs. L’analyste financier Nanex situe l’apparition de ces derniers en novembre 2006. Ce nouveau modèle peut aujourd’hui conduire à un effondrement très rapide des cours suite à un ordre important.

Or, dans un contexte d’importante volatilité, ces flash crashs apportent une grande instabilité aux marchés et attirent le regard du régulateur. Les flashs crashs s’inscrivent alors dans un débat plus général autour de la régulation du THF et de l’automatisation des transactions financières.