Dossier

L'Ukraine au bord de la faillite

L'Ukraine au bord de la faillite

La chute de Viktor Ianoukovitch, fin février 2014, a été le point culminant de trois mois d'insurrection en Ukraine. Mais l'instabilité politique du pays, divisé entre pro-occidentaux et pro-russes, reste entière. Avec une économie à l'arrêt, une devise en chute libre et des réserves de change qui fondent à vue d'oeil, l'ancienne république soviétique est engagée dans une course contre la montre pour éviter un défaut sur sa dette. Dimanche 25 mai 2014, l'élection du milliardaire pro-européen Petro Porochenko à la tête du grenier à blé de l'Europe dès le premier tour du scrutin présidentiel, avec 56 % des voix selon les premières estimations, pourrait faire pencher la balance en défaveur du Kremlin et sa politique de déstabilisation du pays.

Un processus qui rappelle celui de 2008-2009, lorsque dans la foulée de la crise financière, la hryvnia s'était effondrée en même temps que le PIB, poussant Kiev à demander l'aide du FMI. La situation s'est encore tendue par la suite, avec un secteur bancaire local en mauvaise santé - malgré les restructurations entreprises par les banques étrangères dans le pays - et un niveau d'endettement public bien supérieur à celui d'il y a cinq ans.

En février 2015, dans la foulée du protocole de Minsk 2 pour pacifier la zone, le FMI a proposé un plan de 40 milliards de dollars de soutien financier à l'Ukraine sur quatre ans. En mai 2014, un précédente initiative de 17 milliards de dollars avait été décidé par le FMI, étalé sur 2 ans.