Dossier

L'essor de la gestion indicielle

L'essor de la gestion indicielle

Portée par le contexte de crise, la gestion passive, dite indicielle, apparaît comme plus performante sur le long terme que la gestion active. Elle pèse environ 20 % de la gestion d'actifs dans le monde. Besoin de transparence et de sécurité oblige, l'exposition indicielle est devenue incontournable pour les différents types de gestion, grâce notamment à une palette de produits enrichie.

Novethic, un centre de ressources sur la responsabilité sociale de l'entreprise et l'investissement socialement responsable (ISR), indique dans une étude publiée fin janvier 2014 que la crise a remis en cause le modèle de la gestion active qui visait à offrir des performances supérieures au marché et rendu attractive la gestion indicielle dont les frais sont plus faibles. Les sociétés de gestion géraient 7900 milliards de dollars d’actifs en gestion indicielle en 2012, soit 13% des actifs sous gestion dans le monde. Novethic reprend également des données du Boston Consulting Group indiquant que la gestion indicielle a progressé de 25% en termes d’encours sur les quatre dernières années, certains grands fonds de pension américains ayant recours à hauteur de 80% à la gestion passive.