Dossier

Les nouveaux atouts des bourses du Japon et de l'Asie émergente

Les nouveaux atouts des bourses du Japon et de l'Asie émergente

Les bourses asiatiques réaliseront-elles les performances attendues par les investisseurs? Les enquêtes de Reuters publiées en décembre 2014 nourrissent tous les espoirs. En 2015, la Bourse de Tokyo pourrait atteindre 19000 points. Celles de Bombay devrait de nouveau performer. Quant à celle de Shanghai, le ciel s'est brusquement obscurci lors du krach de début juillet 2015, après une année 2014 exceptionnelle. Quoiqu'il en soit, l'avenir des bourses asiatiques se joue partiellement entre les mains de la Reserve Fédérale aux Etats Unis qui doit bientôt sonner la fin de sa politique très accomodante.

Au Japon la hausse des marchés d'actions au cours des premiers mois de 2015 a été principalement tirée par la baisse du yen, malgré quelques à coups. Les «Abenomics» ont favorisé cette dépréciation et ainsi procuré un avantage compétitif aux entreprises qui ont enregistré une hausse des marges et des profits. L'espoir d'une relance des exportations et de la croissance se dessine. Elle renforcerait la tendance haussière des marchés d'actions après une année 2014 pénalisée par les effets du relèvement de la TVA.

En Chine, le lancement mi-novembre 2014 du Shanghai-Hong Kong Stock Connect, un pont entre la Bourse de Shanghai et celle de Hong Kong, vise à encourager les flux d’investissement de l’étranger vers le marché intérieur chinois mais aussi l'investissement des capitaux basés en Chine dans les actions internationales. Cette initiative ouvre un large accès aux actions chinoises aux investisseurs internationaux y compris aux particuliers, via des courtiers de Hong Kong. L'annonce du 12 février 2015 du projet d'intégration des actions chinoises de classe A cotées à Shanghai et Shenzhen dans le MSCI « marchés émergents » d'ici à 2016 renforce l'attrait des marchés actions chinois. Des marchés toutefois très volatils.