Dossier

La lente révolution de la "silver" économie

La lente révolution de la

La « silver» economie est en marche. Elle dessine lentement mais sûrement un univers économique avec de fortes contraintes liées au vieillissement des populations et à l'allongement de la durée de vie. Avec aussi de nouveaux marchés, évalués à environ 130 milliards d’euros en France d'ici à 2020. 

Les spécificités de cette économie du troisième et quatrième âge se caractérisent par une importance numérique croissante, une disponibilité importante, un pouvoir d'achat inégal.  Plusieurs pays connaissent ou vont très vite connaître l'explosion d'un véritable « papy-boom » comme le Japon, la Corée, l'Allemagne, l'Italie. En France, 25% de la population atteindront 65 ans ou plus d'ici à 2050. 

Avec l'apparition de nouveaux besoins et la disparition d'autres, ce bouleversement démographique va impacter en profondeur l'économie, via les comportements de consommation et d'épargne. Certaines entreprises se sont déjà engagées dans le développement de nouveaux biens et services (téléassistance, domotique, technologies et équipements spécifiques, services à la personne, infrastructures d’accueil dédiées ...). Sur le plan financier, ces créations d'entreprises attirent peu à peu l'attention des acteurs du capital investissement, à commencer par la Caisse des dépôts et bpifrance.

Les nécessaires adaptations des systèmes économiques et sociaux concerneront en priorité les dispositifs de retraite, mais pas seulement. Pour les investisseurs institutionnels, le vieillissement des populations et l'allongement de la durée de la vie rendent plus délicate la question des passifs de long terme. Assureurs, caisses de retraite, fonds de pension, fonds de dotation et fonds souverains devront impérativement en tenir, en fixant l'horizon de leurs objectifs.