La chronique de l'actualité

Le post-marché, terre de conquête des banques françaises

le 18/04/2019

Alexandre Garabedian

Il existe peu de métiers de la finance où trois acteurs français peuvent prétendre à jouer les premiers rôles dans le monde. La conservation de titres est de ceux-là, avec BNP Paribas, le Crédit Agricole et la Société Générale. La transaction annoncée mercredi entre Santander et Caceis, filiale du Crédit Agricole, témoigne des ambitions tricolores dans ces activités de post-marché.

La banque espagnole apportera son métier titres au groupe français en échange d’une participation de 30,5% dans le nouvel ensemble. Caceis, qui lorgnait depuis des années les activités de Santander, met ainsi la main sur environ 700 milliards d’euros d’actifs en conservation et 140 milliards d’actifs administrés, le tout sans débourser de cash. La filiale gagne un nouveau client prestigieux, Santander Asset Management, le gestionnaire d’actifs du groupe espagnol, et des positions de choix en Espagne et en Amérique latine. Très complémentaires, les deux groupes misent sur les synergies de revenus bien plus que sur les économies de coûts.

A l’heure où la question des fusions bancaires transnationales agite de nouveau l’Europe, cette transaction évoque plutôt la logique qui a présidé à la création d’Amundi, l’asset manager du Crédit Agricole : un partenariat industriel entre deux banques dans des métiers où la taille critique et la capacité de traitement ont toujours compté. La croissance de Caceis ces dernières années doit d’ailleurs beaucoup à celle de son cousin Amundi, son premier client, et pas le moins exigeant sur la qualité et le coût du service rendu.

Pour le Crédit Agricole, il était important aussi de ne pas se laisser distancer par BNP Paribas Securities Services, numéro cinq mondial du secteur derrière les mastodontes américains BNY Mellon, State Street, JPMorgan et Citi, et lui aussi à l’offensive ces dernières années. Nul doute que la pression va désormais monter d’un cran sur le troisième acteur français, Société Générale Securities Services, dont la maison mère vient d’annoncer un vaste plan d’économies.

Sur le même sujet

A lire aussi