La chronique de l'actualité

Le commerce mondial à l’heure des scénarios-catastrophes

le 04/07/2018

Philippe Mudry

Vendredi entrera en vigueur la première tranche des décisions protectionnistes américaines à l’encontre de la Chine, ainsi que les mesures de rétorsion décidées par Pékin visant les Etats-Unis.

Après les discours apaisants de experts est venu le temps des scénarios-catastrophes.

Car l’hypothèse d’une guerre commerciale généralisée ne peut plus être exclue à entendre les échanges de menaces qui s’intensifient et qui additionnées approchent déjà 500 milliards de dollars.

Des économistes ont fait chauffer leurs calculettes et concluent que si l’administration Trump donnait suite à ses menaces concernant les importations automobiles ou ne parvenait pas à s’entendre avec le Mexique et le Canada pour renouveler l’Alena, le seuil des 1.000 milliards de dollars de mesures protectionnistes pourrait vite être dépassé.

Le Conseil d’analyse économique, une structure indépendante placée auprès du Premier ministre français, estime que dans un cas de figure extrême, le commerce extra-européen de la France baisserait d’environ 42 %.

Il en résulterait une perte permanente de 4% de PIB pour l’Union, 3% pour l France, et à peu près autant pour les Etats-Unis comme pour la Chine.

Or les conséquences risquent d’aller au-delà de cette récession, comparable par son ampleur à celle de 2008/2009.

La mondialisation des échanges a été depuis 40 ans un moteur essentiel de la désinflation par les coûts importés.

A l’inverse, la fermeture des frontières signifierait un risque inflationniste fort qui ne manquerait d’affecter les taux d’intérêt et par ricochet la croissance mondiale ;

Par ailleurs, comme le montre la récente glissade du Renminbi, une guerre des changes serait certainement une autre contrepartie inévitable à une guerre commerciale, et son prix pourrait être incalculable.

Tel est le message que Pékin vient discrètement d’adresser à Donald Trump, en espérant que celui-ci n’en profitera pas pour ressortir à son encontre la vieille accusation de manipulation compétitive du yuan.

Sur le même sujet

A lire aussi