La chronique de l'actualité

La douloureuse réforme fiscale de Donald Trump

le 03/11/2017

Alexandre Garabedian

Alexandre Garabedian

C’est le plan de la dernière chance pour Donald Trump. Les élus républicains de la Chambre des représentants ont enfin publié hier leur projet de réforme fiscale, la grande promesse électorale du président américain. Au menu, des baisses d’impôt parmi les plus importantes jamais mises en œuvre outre-Atlantique. Le plan prévoit notamment d’abaisser de 15 points le taux de l’impôt sur les sociétés, pour le ramener à 20% et rendre ainsi la fiscalité du pays plus compétitive à l’échelon mondial. Les républicains préconisent aussi de taxer à un taux réduit de 12% les bénéfices accumulés par les entreprises américaines hors des Etats-Unis – une manière de les inciter à rapatrier ce trésor de guerre.

Du côté des ménages, l’impôt sur le revenu sera lui aussi simplifié et allégé. Les élus ont en revanche renoncé à abaisser le taux marginal de l’impôt, qui flirte avec les 40%. La majorité républicaine veut éviter que le mandat de Donald Trump ne se résume à une présidence des riches. Pas sûr que cette concession suffise. D’autres mesures présentées hier, comme sur les droits de succession immobilière, sont déjà accusées de favoriser les Américains les plus aisés.

Une course contre-la-montre s’engage désormais, durant laquelle les contours du plan devraient encore évoluer. L’objectif de la Maison Blanche est de faire voter le texte avant Noël. Cela permettrait enfin à Donald Trump d’afficher un succès, du moins avant la fin de sa première année de présidence et alors que se profilent, dans un an, les élections de mi-mandat. Peu d’observateurs croient cependant que le délai sera tenu. La majorité républicaine au Sénat ne tient qu’à un fil, et l’échec de la réforme de l’assurance santé a montré à quel point le camp du président pouvait se diviser. D’ailleurs, les marchés financiers qui s’enflammaient en début d’année pour la réforme fiscale de Trump ont snobé hier les annonces, conformes aux anticipations. Après tant de promesses non tenues, les investisseurs préfèrent attendre et voir.

Sur le même sujet

A lire aussi