La chronique de l'actualité

Les bourses européennes pourraient en avoir encore « sous le pied »

le 03/05/2017

Philippe Mudry

Mai n’a pas bonne presse chez les investisseurs où le dicton « Sell in May and go away » a toujours ses adeptes. Mais des augures favorables pourraient le faire mentir cette année, au moins en Europe.

Les investisseurs professionnels sondés tous les mois par L’Agefi, qui représentent à eux tous un bon paquet de de dizaines de milliards d’euros d’encours, sont plutôt d’avis, eux, de se renforcer.

Leur allocation en Bourse remonte à 50% du total de leur portefeuille, en hausse d’un point en un mois, certaines gestions portant ce niveau jusqu’à 60%.

Le premier tour de la présidentielle française n’y est pas pour rien, et c’est avec confiance qu’ils attendent le second.  

Si Emmanuel Macron l’emporte, un nouveau progrès des cours est probable, après un mois d’avril déjà solide : +2,9% pour le CAC 40, +1,5% sur le Stoxx 600.

Les actions européennes ne sont pourtant pas vraiment bon marché.

Mais elles séduisent plus que les américaines parce que leurs résultats paraissent devoir, après six ans de déceptions, répondre enfin aux espoirs.

La saison des résultats trimestriels est pour l’instant jugée encourageante.

Aussi, les professionnels sondés par L’Agefi escomptent-ils une hausse des dividendes en Europe pour un rendement moyen de 3,5% pour certains, contre 2% servis en moyenne aujourd’hui par les sociétés américaines.

D’ores et déjà, les actions européennes connaissent depuis des semaines un regain de faveur : la collecte atteint 13,4 milliards de dollars depuis le début de l’année pour les fonds actions Europe avec une nette accélération depuis 5 semaines.

Il est vrai qu’après une année 2016 douloureuse, avec une décollecte de 100 milliards, il s’agit encore d’un simple rattrapage.

Sur le même sujet

A lire aussi