La chronique de l'actualité

Mario Draghi invite les investisseurs à changer de repère

le 10/03/2017

Philippe Mudry

Il est des statu quo qui peuvent cacher de vrais changements : la BCE a maintenu ses taux hier et consacre toujours à son objectif de 2% au moins d’inflation l’essentiel de son attention. Mais les investisseurs peuvent désormais modifier leur grille d’analyse sur les marchés européens.

Primo, Mario Draghi a revendiqué la victoire sur la déflation. « Le risque a largement disparu », dit-il. En conséquence, la mention sur la possibilité de recourir à de nouveaux outils pour le conjurer a aussi disparu de son discours.

Deuxio, l’inflation voit son objectif relevé pour 2017, de 1,3 à 1,7%. Ce n’est pas négligeable, même s’il demeure au-dessous de l’objectif de moyen terme et que les perspectives pour 2018 et 2019 restent inchangées.

Tertio, les variables-clés à surveiller changent : il ne s’agit plus de scruter le niveau des prêts à l’économie– les opérations ciblées de refinancement à long terme des banques ne sont plus à l’ordre du jour – mais plutôt le redressement des salaires.

Le propos là encore est sans équivoque : « C’est le pivot qui conditionne une remontée auto-entretenue de l’inflation. C’est la variable clé ». Les investisseurs sont bien invités à changer de repère.

C’est d’ailleurs ce qu’ils font. Les taux européens étaient en hausse hier, y compris les taux allemands à 10 ans qui sont à leur plus haut niveau d’un mois. Quant à l’euro, il a remonté d’un demi-pourcent.

Le temps de gérer la sortie de l’assouplissement quantitatif s’approche pour la BCE.

Si son président y parvient sans heurt, en pilotant une remontée des taux graduelle, un moteur puissant pourrait s’allumer pour les bourses européennes. Surtout si le péril populiste est finalement conjuré dans les urnes.

Sur le même sujet

A lire aussi