La chronique de l'actualité

La baisse de la Bourse a touché tous les secteurs

le 25/01/2016

Philippe Mudry

Revigorées par les perspectives monétaires en Europe et le rebond du pétrole, les Bourses ont rebondi vendredi.

Mais l’analyse de la baisse du début de l’année secteur par secteur montre que c’est pour des raisons de fond que les indices ont dévissé et devraient rester chahutés.

L’ampleur de la baisse est proche quels que soient les secteurs.

ur une base large, comme le Stoxx 600 qui trace les grandes capitalisations européennes, la baisse depuis le 1er janvier approche 8%.

On constate des chiffres voisins sur les valeurs du transport, de l’aéronautique et de la défense, de la chimie ou des produits de consommation, par exemple.

Elle est plus marquée dans les matériaux de base, supérieure à 12%, et surtout sur les financières, en baisse de 14%.

Les explications tiennent dans un cas à la déroute des matières premières et dans l’autre à l’inquiétude l’adaptation des banques à cet univers de taux bas qui s’éternise.

A noter encore qui si certains secteurs baissent moins, comme les médias ou la construction, aucun n’échappe à la purge. Reste à savoir si celle-ci se poursuivra.

A court terme, c’est la volatilité qui devrait dominer.

Car à ses niveaux actuels, la Bourse est correctement valorisée, ni plus ni moins, en capitalisant environ 14 fois les bénéfices estimés 2016.

Toute nouvelle baisse forte serait un signal de rachat. Et à l’inverse, sa remontée durable est peu probable.

Car la faiblesse du marché européen reflète la baisse du consensus sur les résultats à venir de ses grands groupes.

Un facteur pourrait cependant le soutenir, qui serait un retournement du marché pétrolier, aujourd’hui clairement survendu.

Un rebond des cours prolongeant celui de vendredi n’est pas du tout à exclure.

A lire aussi